Pour lutter contre la malnutrition chez les nourrissons et les jeunes enfants, l’Etat du Sénégal s’est engagé à augmenter d’au moins 20% la proportion d’enfants 6 – 23 mois qui bénéficient d’un apport alimentaire minimum acceptable (axe1 Prévention et prise en charge de la malnutrition et des maladies non transmissibles d’origine alimentaire) du Plan stratégique multisectoriel nutrition (PSMN 2018-2022), outil d’opérationnalisation de la politique nationale de développement de la nutrition.

Pour atteindre cet objectif, plusieurs interventions dont celle relative au renforcement de la disponibilité d’aliments de complément et plus particulièrement de farines infantiles sont inscrites dans le PSMN.

Un atelier organisé par la CLM et l’Association Sénégalaise de Normalisation (ASN) a réuni mardi dernier, l’ensemble des acteurs (production, transformation et recherche), la rencontre a permis de sensibiliser toutes les parties prenantes sur l’importance de la normalisation des farines infantiles et du rôle que peut jouer le secteur privé pour assurer une fourniture d’aliments sains et nutritifs destinés aux enfants.