Plan Stratégique Multisectoriel de la Nutrition

PSMN (2018 – 2022)

Le référentiel technique élaboré selon une démarche participative et visant l’institutionnalisation de la nutrition à tous les niveaux

Contexte et justification

Dans ses efforts soutenus pour améliorer la situation nutritionnelle du pays, le gouvernement du Sénégal s’est doté en 2015 d’une Politique Nationale de Développement de la Nutrition. De cette politique qui définit l’approche multisectorielle comme principe clé de sa mise en œuvre, découle le Plan Stratégique Multisectoriel de la Nutrition (PSMN) qui sera mis en œuvre à l’horizon 2022.

Le PSMN s’inscrit dans la réalisation des engagements internationaux pris par le Sénégal pour garantir une nutrition adéquate aux communautés. L’enjeu est de doter le pays d’un outil de mobilisation politique et sectorielle qui permettra d’optimiser les interventions en faveur de la nutrition, d’assurer une allocation efficiente de ressources financières et garantir une pérennisation des interventions.

Dans ce cadre, le PSMN prend en compte des interventions spécifiques nutrition et des interventions sensibles nutrition en vue d’améliorer la situation nutritionnelle du pays, de développer la résilience des communautés et d’augmenter la productivité économique. .

« L’élaboration des 12 Plans d’action sectoriels, traduit l’engagement des ministères à contribuer efficacement et conjointement au renforcement de la nutrition des populations »

Abdoulaye KA, Coordonnateur National du BEN de la CLM

Qu’est ce que le PSMN ?

Le Plan Stratégique Multisectoriel de la Nutrition (PSMN -2018-2022) dont l’objectif est de renforcer la responsabilisation des secteurs et autres parties prenantes de la nutrition pour l’atteinte de la vision 2025 du Sénégal en matière de nutrition, constitue l’outil d’opérationnalisation de la PNDN. De plus, il va permettre de mobiliser et de focaliser toutes les parties prenantes sur des plans opérationnels sectoriels qui sont orientés vers la prise en charge des problèmes nutritionnels de manière efficace et durable. Il marque le début de l’institutionnalisation de la nutrition dans les secteurs à travers la mise en œuvre des PAS et la mobilisation des ressources nécessaires à l’atteinte des objectifs nutritionnels fixés par le pays.

Vision

L’opérationnalisation du PSMN s’inscrit en droite ligne avec la réalisation des objectifs de la politique de nutrition et la vision en matière de nutrition qui est de faire du Sénégal, « Un pays où chaque individu jouit d’un état nutritionnel optimal en adoptant les comportements adéquats».

« Le PSMN est le cadre stratégique de référence de la nutrition en parfaite articulation avec le PSE »

Diatourou Ndiaye, Président de la CLM

Les objectifs du PSMN ?

Partant de cette vision et des différents engagements à l’échelon international, le Sénégal a défini sept (07) objectifs stratégiques à réaliser (OS) à l’horizon 2022.

OS1: Réduire d’au moins 20% la prévalence du retard de croissance d’ici 2022 au niveau national

OS.1.1. Réduire d’au moins 40% la prévalence du retard de croissance dans les régions de Sédhiou, Tambacounda, Kédougou, Kolda, Louga, Kaffrine, Fatick, Matam et Diourbel ;

OS.1.2. Réduire d’au moins 15% la prévalence du retard de croissance dans les autres régions (Dakar, Thiès, Kaolack, Saint-Louis et Ziguinchor) ;

OS.1.4. Augmenter d’au moins 30% la proportion de femmes enceintes et allaitantes qui ont un régime alimentaire varié, diversifié, de quantité suffisante et équilibrée ;

OS.1.5. Augmenter à 20% au moins la proportion d’enfants 6-23mois qui bénéficient d’un apport alimentaire minimum
acceptable.

OS2: Réduire de 15% la proportion d’enfants ayant un faible poids de naissance, d’ici 2022

OS.2.1. Réduire d’au moins 40% la prévalence du faible poids de naissance dans les régions Centre et Nord ;

OS.2.2. Réduire d’au moins 20% la prévalence du faible poids de naissance dans les régions Sud-Est et Ouest.

OS3 : Réduire à 5% la prévalence de la malnutrition aigüe des enfants de 0 à 5 ans

OS.3.1. Réduire à moins de 10% la prévalence de la malnutrition aigüe chez les enfants de 0 à 5 ans dans les régions de Saint Louis, Matam, Louga, Tambacounda et Diourbel.

OS.3.2. Réduire à moins de 5% la prévalence de la malnutrition aigüe chez les enfants de 0 à 5 ans dans les autres régions.

OS4 : Porter à 43%, au moins, le taux de l’Allaitement maternel exclusif durant les 6 premiers mois.

OS.4.1. Réduire de 50% le pourcentage de femmes qui donne de l’eau en plus de l’allaitement maternel pendant les six (06).

OS.4.2. Porter la mise au sein précoce (dans l’heure qui suit la naissance) à 50% au moins.

OS5 : Réduire de 25% la prévalence de l’anémie chez les groupes vulnérables

OS.5.1. Réduire de 25% la prévalence de l’anémie chez les enfants de 6-59 mois.

OS.5.2. Réduire de 25% la prévalence de l’anémie chez les adolescentes (par rapport à la situation de référence à évaluer lors des prochaines enquêtes).

OS.5.3. Réduire de 25% la prévalence de l’anémie chez les femmes en âge de reproduction.

OS6 : Réduire d’au moins 20% la prévalence des carences pour les autres micronutriments (iode, zinc et vitamine A)

OS.6.1. Réduire de 20% la carence en zinc chez les enfants de moins de 5 ans.

OS.6.2. Réduire d’au moins 20% la prévalence de la carence en iode chez les FAR.

OS.6.3. Réduire d’au moins 20% la prévalence de la carence en iode chez les FE .

OS.6.4. Réduire d’au moins 20% la prévalence de la carence en Vitamine A chez les enfants de moins 5 ans.

OS.6.5. Porter à 80% le taux de consommation de sel adéquatement iodé dans les ménages.

OS7 : Réduire de 10% la prévalence de l’obésité chez les groupes vulnérables

OS.7.1. Réduire la prévalence de l’obésité d’au moins 5% chez les enfants de moins de 5 ans ;

OS.7.2. Réduire la prévalence de l’obésité de 5% chez les adolescents (par rapport à la situation de référence à évaluer lors des prochaines enquêtes) ;

OS.7.3. Réduire la prévalence de l’obésité de 5% chez les FAR.

Axes stratégiques à l’horizon 2022

Le budget du PSMN est de 206 milliards de FCFA. Il devra être appuyé par des investissements favorables nutrition d’un coût de 650, 3 milliards de F CFA.

Répartition du budget par type d’intervention (en milliards et en pourcentage)

Cadre de mise en oeuvre et de coordination

La mise en œuvre du PSMN se fera avec la participation du secteur privé et de la société civile et repose sur 12 plans d’actions sectoriels (PAS) élaborés par les secteurs ci-dessous :

  • Agriculture
  • Commerce
  • Décentralisation et Collectivités locales
  • Education
  • Elevage
  • Enseignement supérieur et Recherche
  • Environnement
  • Famille et de la protection sociale
  • Hydraulique et assainissement
  • Industrie
  • Pêche
  • Santé
L’opérationnalisation du PSMN s’accompagne de la mise en place d’un cadre de suivi-évaluation qui définit un ensemble de résultats communs vers lesquels tendront les efforts de toutes les parties prenantes impliquées. Elle sera aussi soutenue par la mise en œuvre d’une stratégie de communication permettant d’accompagner la multisectorialité et favoriser l’institutionnalisation de la nutrition dans les secteurs et à tous les niveaux.

Cadre de Suivi-Évaluation

Objectifs Stratégiques Indicateur d’impact Données de référence Valeurs Cibles
Valeur Année Source 2017 2018 2019 2020 2021
Réduire d’au moins 20% la préva- lence du retard de croissance Prévalence du retard de croissance chez les enfants de moins de 5ans 20,5% 2 015 EDS-C 20,5% 19,5% 18,5% 17,6% 16,4%
Réduire à moins de 5% la prévalence de la malnutrition aigüe des enfants de 0 à 5 ans Prévalence de la Malnutrition aigüe Glo- bale chez les enfants de moins de 5ans 8,0% 2 015 EDS-C 8,0% 7,5% 7,1% 6,6% 4,8%
Réduire de 15% la proportion d’enfants ayant un faible poids de naissance, Prévalence du faible poids de naissance 13,2% 2 015 EDS-C 13,2% 12,4% 11,6% 10,8% 9,2%
Réduire de 10% la prévalence de l’obésité chez les groupes vulnérables Prévalence de l’obésité chez les enfants de moins de 5ans 1,0% 2 015 EDS-C 1,0% 0,9% 0,9% 0,8% 0,7%
Réduire de 10% la prévalence de l’obésité chez les groupes vulnérables Prévalence de l’obésité chez les femmes 6,0% 2 011 EDS-C 6,0% 5,6% 5,3% 5,0% 4,5%
Réduire de 25% la prévalence de l’anémie chez les groupes vulnérables Prévalence de l’anémie chez les femmes en âge de reproduction 54,0% 2 011 Étude COS- FAM UCAD 54,0% 50,8% 47,5% 44,3% 40,5%
Réduire de 25% la prévalence de l’anémie chez les groupes vulnérables Prévalence de l’anémie chez les enfants de moins de 5ans 66,0% 2 015 EDS-C 66,0% 62,0% 58,1% 54,1% 49,5%
Réduire d’au moins 20% la prévalence des carences pour les autres micronutriments (iode, zinc et vitamine A) Prévalence de la carence en iode chez les femmes en âge de procréer 28,3% 2 014 Étude CLM MI 28,3% 26,6% 24,9% 23,2% 22,6%
Réduire d’au moins 20% la prévalence des carences pour les autres micronutriments (iode, zinc et vitamine A) Prévalence de la carence en iode chez les femmes enceintes 30,9% 2 014 Étude CLM MI 30,9% 29,0% 27,2% 25,3% 24,7%
Réduire d’au moins 20% la prévalence des carences pour les autres micronutriments (iode, zinc et vitamine A) Prévalence de la carence en zinc chez les enfants de moins de 5 ans 50,1% 2 011 Étude COS- FAM UCAD 50,1% 47,0% 44,0% 41,0% 40,0%
Porter à 43% au moins le taux de l’Allaitement Maternel Exclusif durant les 6 premiers mois Taux de l’Allaitement maternel exclusif au cours des 6 premiers mois de la vie 33,0% 2 015 EDS-C 33,0% 35,0% 37,0% 38,9% 43,2%

REPARTITION DU BUDGET PAR AXE D’INTERVENTION (en millions de francs cfa)

Axes d’Interventions Budget (en millions de FCFA) Budget (en millions de FCFA) Budget (en %)
Axe 1 : Prévention et prise en charge de la malnutrition et des maladies non transmissibles
d’origine alimentaire
148 556 72%
Axe 2 : Lutte contre les carences en micronutriments 25 297 12%
Axe 3 : Renforcement de la disponibilité des aliments diversifiés, sains et à haute valeur nutritive 30 101 14%
Axe 4 : Formation, Recherche et Innovation 2 064 1%
Axe 5 : Gouvernance de la nutrition 10
Total 206 031 100%

 

Budget

Le budget du PSMN est de 206 milliards de FCFA. Il devra être appuyé par des investissements favorables nutrition d’un coût de 650, 3 milliards de F CFA.

Répartition du budget par type d’intervention (en milliards et en pourcentage)

Les défis

Le Sénégal fait face à un ensemble de défis dans la lutte contre la malnutrition. Ces défis englobent :

  • L’institutionnalisation de la nutrition dans les politiques publiques à travers dans les plans et politiques sectoriels
  • la coordination intra, inter et multisectorielle des interventions de nutrition
  • la mobilisation de ressources suffisantes et durables pour la nutrition
  • la mise en place de mécanismes de coordination et de suivi de la mise en œuvre du PSMN à travers un cadre commun de résultats et la redevabilité
  • le renforcement des interventions de nutrition à travers l’amélioration de la couverture en services essentiels de nutrition, l’amélioration de l’accès et l’utilisation des services de santé de qualité, l’accessibilité à des aliments à haute valeur nutritive, le renforcement de l’éducation nutritionnelle et sanitaire, l’amélioration de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement de base et la mise en place d’une véritable résilience des populations et des systèmes;
  • l’amélioration de la visibilité de la nutrition et son appropriation par les communautés.

Pour en savoir plus

 Télécharger ce document