Défis de la nutrition au sénégal

Les déterminants majeurs de la malnutrition

 

  • les pratiques sanitaires (grossesses  rapprochées, morbidité), prévention et prise en charge des maladies) ;
  • les pratiques alimentaires de la femme en âge de reproduction, la femme enceinte, la femme allaitante, du nourrisson et du jeune enfant ;
  • les pratiques alimentaires en rapport avec la pauvreté et les disponibilités alimentaires : insuffisance (quantité), manque de diversification (qualité) ;
  • les pratiques familiales en rapport avec les normes socio-culturelles, les soins prodigués aux femmes enceintes et aux enfants, l’absence d’une plateforme d’allègement des travaux ;
  • l’accès aux services sociaux de base (éducation, hydraulique, hygiène, assainissement…).

Les défis majeurs de la nutrition au Sénégal

Malgré les progrès importants enregistrés dans le domaine de la nutrition, il persiste des défis à relever :

 

  • l’amélioration de la couverture en services essentiels de nutrition;
  • l’amélioration de l’accès et l’utilisation de services de santé de qualité;
  • l’accessibilité à des aliments de haute valeur nutritive ;
  • le renforcement de l’éducation nutritionnelle et sanitaire;
  • la mise en place d’une véritable résilience des populations et des systèmes;
  • l’amélioration du système d’information de la nutrition;
  • la mobilisation d’un financement suffisant et durable pour la nutrition;
  • la prise en compte de la nutrition dans les plans et politiques sectoriels;
  • l’amélioration de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement de base.

Les opportunités

  • Le fort engagement de l’Etat pour la nutrition matérialisé par :
    • la création de la cellule de lutte contre la malnutrition (CLM) par le décret 2001-770 du 05 10 2001 et son rattachement à la Primature, en tant qu’organe de coordination, de suivi et d’évaluation de la politique de nutrition;
    • la dotation de ressources financières dédiées à la nutrition dans le budget de l’Etat ;
    • l’institutionnalisation de l’approche multisectorielle dans le domaine de la nutrition
  • L’acte III de la décentralisation qui accroit la gestion de proximité des problèmes des populations ;

 

Prévalence de la malnutrition en 2014/2015

%

des enfants de moins de cinq ans souffrent de retard de croissance

%

des enfants sont atteints de malnutrition aiguë

%

des enfants souffrent d’insuffisance pondérale

%

des femmes en âge de reproduction souffrent d’anémie

%

des enfants de moins de cinq ans souffrent d’anémie

%

des femmes enceintes souffrent d'une carence en iode

%

des enfants de moins de 5 ans souffrent de carence en vitamine A

%

des femmes en âge de procréer souffrent de surpoids et l’obésité, surtout les femmes de plus 40 ans

La Cellule de Lutte contre la Malnutrition a été créée en 2001 par le gouvernement du Sénégal. Placée sous l’autorité du Premier Ministre, elle apporte son assistance technique dans la définition et la mise en œuvre de la politique nationale de nutrition.