AGIR

Le secteur privé

Il est de plus en plus reconnu que le secteur privé est un maillon essentiel dans l’atteinte de l’objectif visant à renforcer le statut nutritionnel des populations. En effet, à travers leurs actions qui viennent compléter ceux des acteurs étatiques et non étatiques, les entreprises du secteur privé spécialisées dans la production et la transformation alimentaires vont travailler à rendre disponible les aliments sains et nutritifs et pouvant couvrir les besoins nutritionnels des populations. Au Sénégal, le secteur privé a renforcé son engagement en faveur de la nutrition par son implication dans l’enrichissement des aliments, avec la mise en œuvre du Programme de Fortification des aliments qui a permis de réduire les carences en micronutriments chez les populations, particulièrement celles en fer et vitamine A.

Au regard de l’importance des défis et opportunités qu’offre la nutrition, la participation du secteur privé peut être renforcée par une contribution découlant de leur Responsabilité Sociale d’entreprise (RSH). En outre, du fait de la nécessité d’améliorer les connaissances de leur personnel sur les questions de nutrition, le secteur privé peut envisager l’organisation des sessions de sensibilisation intramuros sur les pratiques nutritionnelles favorables à leur santé/nutrition.

Cependant, l’implication réelle du Secteur privé ne peut se faire sans la mise en place d’une plateforme de dialogue entre membres du même secteur pour favoriser l’appropriation de la thématique de la nutrition, renforcer la coordination de leurs interventions et l’amélioration du cadre législatif leur permettant d’exploiter tout leur potentiel et capitaliser sur les expériences des uns et des autres.

C’est à ce titre que le Mouvement Scaling Up Nutrition (SUN) recommande la mise en place du Réseau du Secteur Privé engagée dans le renforcement de la nutrition et la sécurité alimentaire en vue d’éradiquer la faim et la malnutrition.

Vous voulez agir, contactez-nous en remplissant le formulaire suivant :

La société civile

La société civile à travers les associations, les organisations non gouvernementales, a un rôle important à jouer dans la lutte contre la malnutrition au Sénégal. En effet depuis 2002, du fait de leur ancrage communautaire, elles sont en charge de l’exécution des projets de nutrition au niveau communautaire. A ce titre, elles assurent la délivrance des paquets de services de nutrition pour le compte des collectivités territoriales. Pour garantir une qualité optimale aux services délivrés ainsi qu’à l’encadrement et à l’accompagnement continu des communautés, la CLM renforce de façon continue leurs capacités dans plusieurs domaines liés à la prévention et à la prise en charge de la malnutrition aigüe modérée, à la communication pour le changement de comportement à travers la Communication interpersonnelle et les techniques de négociation et à la gestion financière. Cette contractualisation avec les ONG appelées Agences d’Exécution Communautaires (AEC) a permis à la CLM de toucher les communautés à la base et de mettre en place un dispositif très opérationnel au profit des communautés bénéficiaires de ses interventions.

Elles travaillent en étroite collaboration avec les Collectivités territoriales, les autorités administratives, sanitaires, les services techniques déconcentrés ainsi que l’ensemble de la communauté autour des projets en développant la collaboration entre les différents acteurs.

De façon spécifique, les AEC :

  • recrutent un personnel qualifié pour la mise en œuvre du projet de nutrition de la Collectivité ;
  • facilitent le choix des Agents Relais Communautaires (ARC);
  • effectuent en collaboration avec le district de santé, le renforcement des capacités des ARC;
  • accompagnent les ARC dans l’exécution de leurs activités;
  • préparent et soumettent à la collectivité pour validation, les plans d’actions et budgets annuels et trimestriels ;
  • préparent et soumettent au Conseil Local/municipal pour approbation, les rapports de l’exécution technique et financière du projet de nutrition de la Collectivité territoriale;
  • transmettent au BEN de la CLM, pour validation, les rapports de l’exécution technique et financière du projet de nutrition de la Collectivité Locale.

Elles sont aujourd’hui au nombre de 15 et se déploient selon leurs zones de couverture.

Au-delà de ces fonctions, la société civile regroupée autour de la plateforme SUN Société Civile travaille aux côtés de la CLM et des parties prenantes de la nutrition pour renforcer le plaidoyer en faveur de la nutrition. Ainsi elle met en œuvre des actions permettant de mobiliser les acteurs autour de la nutrition et de garantir le respect des engagements pris par les ministères sectoriels, les partenaires techniques et financiers, les élus et les autorités.

Collectivités territoriales

Le portage des projets de nutrition au niveau communautaire est assuré depuis 2007 par les collectivités territoriales. Cette option stratégique motivée par l’ambition de la CLM d’asseoir les bases d’une responsabilisation des élus dans la prise en charge de la nutrition a coïncidé avec le démarrage de la phase 2 du Programme de Renforcement de la Nutrition. L’adoption de ce nouveau schéma d’intervention assigne aux collectivités locales, devenue porte d’entrée de la nutrition au niveau local, le rôle de maitrise d’ouvrage de tous les projets de nutrition communautaire financés par la CLM. Ainsi plus de 70% des collectivités sont couvertes par les interventions de nutrition. L’exécution de ces interventions est confiée aux Agences d’exécution communautaire par les Collectivités Territoriales.

Aujourd’hui, la réforme majeure de territorialisation des politiques publiques, à travers l’« Acte III de la décentralisation » dont l’objectif général est d’«organiser le Sénégal en territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable à l’horizon 2022 », constitue une opportunité pour les collectivités territoriales. Elle leur permet de renforcer leur leadership dans la gestion des projets territoriaux, notamment les projets de développement humain. Le défi étant de renforcer la gouvernance territoriale de la nutrition à travers l’intégration de la nutrition dans l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi-évaluation des Plans de Développement des collectivités territoriales ainsi que la mobilisation de ressources financières et humaines nécessaires à la mise en œuvre des projets de nutrition au niveau communautaire.

Maître d’ouvrage des projets de nutrition communautaire, le Conseil Municipal en tant qu’organe dirigeant de la Collectivité Locale :

  • valide le recrutement de l’Agence d’Exécution Communautaire (AEC)
  • contractualise avec les AEC pour la mise en œuvre des activités au niveau opérationnel
  • assure le suivi de la mise en œuvre des activités
  • organise des revues des activités du projet
  • effectue des visites de suivi des villages et quartiers d’intervention
  • valide les documents de référence et de financement soumis par l’AEC
  • approuve les Rapports Financiers Bimestriels (RFB)
  • assure la coordination et le suivi de la mise en œuvre des projets de nutrition communautaire de la collectivité locale
  • assure la prise en compte de la nutrition dans le plan de développement local
  • intègre les données dans les indicateurs de développement de la collectivité locale.

Vous voulez agir, contactez-nous en remplissant le formulaire suivant :

MEDIAS

Susciter l’engagement des médias dans la promotion d’une bonne nutrition est devenu un défi majeur pour les acteurs de la nutrition. En effet, la sensibilisation des populations aux pratiques nutritionnelles favorables à leur santé passe par une amplification des messages clés à travers des canaux susceptibles de pouvoir conscientiser les populations. C’est ainsi que la CLM a, dans le cadre de son plan de communication stratégique, fait des médias des vecteurs incontournables pour atteindre les communautés dans les zones les plus reculées, à travers la signature de conventions avec différentes radios communautaires.

De plus, au-delà de leur capacité de dissémination, leurs fonctions de veille et d’alerte leur permettent de contribuer au renforcement de la mobilisation des décideurs autour des questions de nutrition et les inciter à respecter leurs engagements en faveur de la nutrition.

Vous voulez agir, contactez-nous en remplissant le formulaire suivant :

La Cellule de Lutte contre la Malnutrition a été créée en 2001 par le gouvernement du Sénégal. Placée sous l’autorité du Premier Ministre, elle apporte son assistance technique dans la définition et la mise en œuvre de la politique nationale de nutrition.